L’entreprise et la transformation digitale 

CULTURE D’ENTREPRISE ET ORGANISATION 

Des technologies et des hommes 

Si la transformation digitale est intrinsèquement liée à la technologie, elle ne se limite pourtant pas à la simple utilisation de nouveaux outils ou la mise en place de nouveaux process. La digitalisation de l’entreprise est en effet avant tout humaine et concerne en premier lieu la direction des ressources humaines. Mener à bien l’évolution d’une entreprise à travers le digital, c’est accompagner son personnel dans le changement des rôles, compétences et savoir-faire afin que équipes et nouvelles technologies soient en phase. 

Une culture d’entreprise solide 

Par l’expression «culture d’entreprise», on comprend l’ensemble des croyances, valeurs, comportements et actions des membres d’une équipe. Cet état d’esprit et ses pratiques communes, maintiennent la cohésion au sein de l’entreprise et donnent à l’activité d’ensemble un objectif unique. C’est le ciment moral qui doit permettre à une entreprise de croître. Eric Emerson Schmidt, président exécutif de la holding de Google Alphabet, va même jusqu’à dire : « Google est piloté chaque jour par sa culture et pas par moi. » Définir sa propre culture d’entreprise implique tout d’abord de connaître les valeurs que l’on souhaite porter et transmettre à ses équipes mais aussi à ses clients. Les points à interroger pour les cerner sont les suivants : 

Pourquoi l’entreprise existe-t-elle ?Quel est le but de l’activité de l’entreprise ? Comment l’entreprise souhaite-t-elle travailler ? 

Une fois ces points établis, valeurs et usages doivent être partagés au sein de l’entreprise afin de créer une vision fédératrice (via des codes, du storytelling, un livre blanc ou encore une feuille de route). L’adhésion à la culture d’entreprise doit donc se faire par le dialogue et la transparence, le but étant de mobiliser les équipes autour d’un projet commun tout en préservant la diversité des profils. A la fois homogène et hétéroclite, une culture d’entreprise doit apparaître comme solide et agile afin de pouvoir s’adapter au changement. 

Management digital : Compétences numériques et organisation d’entreprise 

L’entrée dans l’ère numérique s’accompagne de changements structurels profonds dans l’entreprise. Métiers et compétences sont amenés à se recalibrer, un remaniement que doivent accompagner les directeurs des ressources humaines en ciblant les différents types de compétences impactés par la digitalisation et leurs nouvelles définitions. Ainsi, les compétences analytiques au sein de l’entreprise (analyse, interprétation, explication) vont évoluer avec la mise en place d’outils de type CRM (Customer Relationship Management). Entraînant la création de postes de data scientists. Les compétences techniques (UX et UI designers, programmateurs, développeurs), vont elles aussi connaître un bouleversement en même temps que les compétence créatives (graphisme, vidéo). Enfin, les compétences relationnelles et managériales seront de plus en plus poussées, encadrant d’un point de vue pédagogique et organisationnel, l’ensemble de ces changements-mêmes. Les chefs de projets devront ainsi maintenir à jour leurs connaissances sur les métiers et compétences du numérique afin de fédérer et accompagner efficacement les équipes dans la transition digitale de l’entreprise. A ce titre, un récent article du journal Le Figaro, annonçait que 35% des métiers au sein de l’entreprise allaient changer ou disparaître d’ici les dix prochaines années. 

Gouverner le digital 

Une transformation digitale de l’entreprise demande la mise en place d’une stratégie. Normalisation, rationalisation des actions, il s’agit de mettre au point ce que l’on nomme une gouvernance digitale. Il convient ainsi de désigner un responsable de cette stratégie, c’est le rôle du CDO ou Chief Digital Officer, manager de la transformation numérique (à noter que dans le PME, ce rôle peut incomber au PDG). Le but du CDO dans un premier temps est de faire en sorte que l’ensemble des équipes d’une entreprise saisisse à la fois les enjeux, les risques, mais aussi les opportunités de la transformation digitale pour chacun au sein de l’entreprise. Il a donc un rôle vulgarisateur et évangéliste, censé rassurer les employés et gommer de fait toute résistance interne au changement. Le CDO doit définir une feuille de route afin de gérer la transition numérique, mais également veiller à la mise à jour des compétences de l’ensemble du personnel en matière de digital et ce à l’aide de formations ciblées. Le CDO mesurera les avancées de la transformation et surveillera le développement économique de l’entreprise. Véritable homme orchestre de la digitalisation, le Chief Digital Officer allie communication et réalisation. Une récente étude de l’entreprise américaine de conseil et de recherche dans le domaine des technologies avancées Gartner, présente les CDO comme des « agents du changement qui, d’ici 2021 et pour 80% d’entre eux, auront la création de valeur et/ou la génération de revenu comme priorité ». 

L’agilité est synonyme de souplesse, vivacité, légèreté. C’est un état d’esprit, un mode opératoire. L’approche agile 

La transformation digitale de l’entreprise demande la refonte des process et une nouvelle dynamique de travail, plus en phase avec le potentiel des outils numériques, on parle alors d’approche agile. Selon Cécile Dejoux, professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), l’agilité intervient à l’échelle des compétences et des méthodes des managers, mais aussi à l’échelle de l’entreprise toute entière. Une entreprise dite agile doit donc être capable de fournir des solutions opérationnelles concrètes et rapides à ses clients. Pour ce faire, elle privilégie une gouvernance axée sur les tâches à effectuer par les employés possédant directement l’information nécessaire à leur bonne exécution. Par extension, un manager agile doit faire preuve d’une grande faculté d’adaptation ainsi que d’une forte capacité d’innovation. Le manager de l’approche agile est donc tout à la fois débrouillard (flexible et capable d’improviser), bienveillant (créateur d’un climat de transparence et de confiance) et véloce (sachant réagir rapidement). La combinaison de ces qualités créé un climat de travail efficace, qui pousse à l’autonomie et à l’amélioration continue des équipes mais aussi de l’entreprise toute entière. 

Accompagner : la digitalisation ensemble 

La digitalisation de l’entreprise est plus qu’une évolution, c’est une dynamique, dynamique dans laquelle doit se retrouver l’ensemble des employés et collaborateurs. Afin que l’objectif de modernisation soit partagé par tous, il est primordial de conduire des formations à la fois sporadiques et continues de façon à évoluer avec les technologies et leur usage. Étape préalable à l’apprentissage, une phase d’audit des compétences et niveaux d’expertises des employés est à prévoir. Ce bilan permet de cibler avec précision les besoins de chacun tout en rassurant et créant de la cohésion. Le but est de monter en compétence tous ensemble et de partager les connaissances (formations, conférences, séminaires, interventions d’experts, démonstrations, salons, sessions d’échanges, cours en ligne de type MOOC - Massive Open Online Courses - ou SPOC - Small Private Online Courses). La formation aux compétences digitales demande également un intérêt pour ces nouvelles pratiques, curiosité qui doit transparaître dans le quotidien de l’entreprise. Employés et collaborateurs sont ainsi amenés à adopter une posture de veille journalière quant aux tendances digitales. Blogs, sites, magazines, newsletters permettent en effet aux équipes de se tenir informés des dernières innovations et de les mettre immédiatement en pratique. 

Collaborer autrement 

Dans une perspective organisationnelle non plus pyramidale mais horizontale, et dans une approche non plus normative mais agile des résolutions de problèmes, la collaboration au sein de l’entreprise doit elle aussi être repensée à la lumière de la digitalisation. La mise en place d’un réseau social d’entreprise (RSE), permet notamment de répondre à ces nouveaux impératifs managériaux. Slack, Yammer, Jamespot ou encore Workplace, sont autant de plateformes collaboratives permettant de centraliser l’information et de communiquer plus efficacement pour favoriser la gestion des projets. Le réseau social d’entreprise en autonomisant les individus et en fluidifiant les échanges, entraîne une gestion interne plus souple ; la hiérarchie est au service des employés qui s’auto-dirigent et prennent des initiatives, on parle de modèle d’entreprise libérée dont les résultat positifs, tant d’un point de vue performance que satisfaction des employés sont d’ores et déjà prouvés. 

Management digital : Human after all 

Management puis organisation de l’entreprise, la transformation digitale est avant tout un projet humain où compétences et savoir-faire sont augmentés et redéployés, en un mot : valorisés. La transition numérique émancipe les individus et les process RH au sein de l’entreprise, libérant les potentiels. Cette révolution prouve, une fois encore, que la digitalisation de l’entreprise est plus qu’une challenge : une opportunité.